Mikaela Shiffrin, la météorite du ski mondial qui fait tomber les records

La skieuse américaine Mikaela Shiffrin, lors de la remise de sa médaille de championne du monde de slalom géant, à Méribel, le 16 février 2023.

Mais jusqu’où Mikaela Shiffrin étendra-t-elle son règne ? Sacrée championne du monde en slalom géant jeudi 16 février, une semaine après avoir obtenu l’argent en super-G, la reine américaine du ski alpin a l’occasion d’ajouter une ligne de plus à son palmarès, samedi 18 février, lors du slalom de ces Mondiaux, à Méribel (Savoie), pour lequel elle est l’immense favorite.

Lire aussi : Ski alpin : Mikaela Shiffrin sacrée championne du monde de slalom géant

Un palmarès déjà bien épais, qui fait d’elle, à 27 ans, l’une des plus grandes skieuses de tous les temps. La native de Vail, dans le Colorado, compte le plus grand nombre de victoires en Coupe du monde féminine : 85 succès, soit trois unités de plus que sa compatriote Lindsey Vonn, le dernier sur les pentes de Spindleruv Mlyn, en République tchèque, fin janvier.

A cela, il faut ajouter trois médailles olympiques (deux en or) à Sotchi (Russie), en 2014, et à Pyeongchang (Corée du Sud), en 2018, treize médailles mondiales, dont sept titres, dans quatre disciplines différentes (slalom, slalom géant, super-G et combiné), comme la Suédoise Anja Paerson et la Française Marielle Goitschel avant elle. Certes, elle reste à bonne distance de l’Allemande Christel Cranz (15 titres, dont 12 titres), mais c’était avant-guerre, à l’Antiquité du ski.

Depuis les Mondiaux de Schladming (Autriche), en 2013, l’Américaine s’est toujours parée d’or. « Shiffrin est vraiment au sommet, estime Florence Masnada, ancienne double médaillée olympique de combiné aujourd’hui consultante pour Eurosport. Elle est hyperprécise techniquement, son ski n’est pas risqué, on a l’impression qu’elle a toujours de la marge. Mikaela Shiffrin, c’est le ski moderne. » Pour Florence Masnada, « il n’y a pas photo, Shiffrin, c’est la plus grande skieuse de tous les temps ».

L’intéressée s’en défend et affirme ne pas chercher à graver son nom dans l’histoire du ski mondial. Tout juste confie-t-elle avoir été « un peu nerveuse » au départ du géant de Kranjska Gora (Slovénie), le 8 janvier, « à cause du record » détenu par Lindsey Vonn qu’elle allait égaler moins d’une minute plus tard.

Après sa victoire, jeudi, lors du géant des Mondiaux, l’Américaine a fait ce petit rappel : « Je ne crois pas que je puisse faire quoi que ce soit pour être la plus grande skieuse de tous les temps. (…) Certaines personnes vont me considérer comme la meilleure, d’autres pensent que je ne fais même pas partie de ce débat. Les deux peuvent avoir raison. »

« Cela me donne le vertige »

Désormais, la question n’est plus de savoir si elle va battre le record mythique du Suédois Ingemar Stenmark (86 victoires en Coupe du monde), qui semblait figé pour l’éternité, mais plutôt quand. Sûrement avant la fin de la saison, en mars, lors des finales de Soldeu (Andorre). Beaucoup la voient même franchir la barre des 100 victoires en carrière, une marque que l’on croyait inaccessible. Elle ne s’est jamais posé la question.

Il vous reste 63.35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source